Le « non » qui pose les frontières de ma vie

Le « non » ma sécurité

Nous n’aimons pas quand les gens nous font du mal, n’est ce pas ? Nous souffrons et souvent, la seule chose que nous pouvons faire à ce moment là, c’est accuser l’autre, le rendre responsable de nous avoir blessé. Et si ces souffrances auraient pu être évitées ? Si nous avions nous aussi notre part de responsabilité ?

Quoi ? Mais pourquoi ?

Simplement parce que nous n’avons pas posé de limites, celles qui auraient du être là pour nous protéger. Il arrive que nous n’y parvenions pas à cause de plusieurs raisons. Peut-être parce que nous n’avons pas osé ? Ou encore, parce que nous ne savons pas quelles sont nos limites ? Nos valeurs profondes ? Ou comment le faire ?

Dans cet article je t’explique ce que cela engendre quand tu n’oses pas dire stop, pourquoi le faire, comment et ce que cela t’apporte.

Tu n’as pas à essayer de contrôler la vie des autres mais tu as besoin de te contrôler toi. Contrôler ta vie, tes actes et ta façon de penser. Tu ne maîtrises pas ce que l’autre fait, il est responsable de ses choix. Tu peux choisir d’accuser l’autre de te blesser ou commencer à dire « NON » dès aujourd’hui.

Ce qu’il se passe quand tu ne poses pas les frontières de ta vie

Tu as pu lire que lorsque les gens te blessent c’est aussi de ta faute. Mais pourquoi ? Le simple fait de ne pas poser de limites te rend responsable ? Oui. Tu es garante de tes choix et non pas de celui des autres. Tu choisis en fait, de laisser ces personnes s’introduire dans ta vie. Tu leur donnes un droit de passer qui entraînent bien souvent des relations difficiles.

La plupart du temps nous laissons les gens amener tous leur bazar dans nos vies et nous les laissons faire beaucoup trop de choses devant lesquelles nous aurions dû marquer un arrêt, dire non et poser nos limites.

Dans le pire des cas ces personnes peuvent avoir le contrôle sur toi et te manipuler. Elles examinent ta vie en détails pour te souffler des choses à l’oreille, une conduite de vie par exemple. Des conseils qui ne sont pas là pour t’aider mais qui montre une ascendance malsaine sur toi. C’est souvent le cas avec des relations maman/enfants adultes abusives. D’autres seront même victime d’abus, sous toutes ses formes. Que ce soit par la violence des mots jusqu’à celui des actes.

Tout cela aurait pu être évité… Attention, je ne dis pas que c’est la faute de la personne qui subit ces violences, loin de là. Mais pour donner un triste exemple, c’est le cas avec beaucoup de violences conjugales, tu acceptes une fois, tu dis oui seulement une seule fois à un coup et c’est presque déjà trop tard. Ce sont des limites qui peuvent aussi te sauver la vie. (Si tu es victime de violences conjugales je t’encourage à en parler en contactant ce numéro gratuit et anonyme : 39 19 ou à m’écrire).

Je ne cherche pas à culpabiliser, ce qui est fait, est fait et ce n’est plus à refaire. Nous grandissons au travers de certaines expériences elles nous font mûrir, mais les pires auraient pu être évitées. Le « non » te protège, c’est un bouclier que tu dois t’approprier pour ton propre bonheur. Alors maintenant, l’important, c’est l’avenir et la façon dont tu vas gérer la suite !

Pourquoi poser des limites et des frontières ?

Tu as besoin de poser et implanter des frontières dans le but d’éviter aux autres de te faire du mal, mais aussi afin également de ne pas te blesser. Oui, on parle de la manière dont les autres nous blessent mais on oublie que nous pouvons être nos pires ennemis.

Si tu n’as pas de bonnes frontières solides tu as plus de chance de te faire du mal. Puis, par la suite, il te sera plus difficile d’être en paix avec toi même et de te faire confiance. Petit à petit, ton estime et ta confiance en toi va diminuer. Les autres sont souvent un facteur primordial de la chute de notre confiance en soi, mais nous y sommes aussi pour beaucoup. Il se pourrait bien que si ta confiance en toi baisse, c’est à cause de ce principe de frontières.

Quand tu n’as pas des frontières solides, tu peux te laisser blesser par les autres mais tu risques aussi de te blesser toi-même. C’est bien vite arrivé, par exemple ; tu souhaites élargir ta zone de confort, MAIS tu finis par te faire mal en ne respectant pas qui tu es vraiment. De même, si tu ne respectes pas les frontières des autres, tu les blesseras aussi.

Conclusion, en ne posant pas les justes limites, tu laisses les autres te blesser, tu te blesses et tu peux blesser les autres. Ce n’est pas vraiment un trio gagnant !

Des murs ou des frontières ?

Qui dit frontières, ne dit pas murs. Le but n’est pas de s’enfermer derrière des murs au point de ne plus jamais laisser personne nous atteindre. Une frontière c’est le juste milieu entre un mur et rien du tout. La frontière te protège quand le mur lui t’isole.

Oui, si quelqu’un te blesse, rester cloîtré derrière ton mur avec ta peine et l’envie de ne plus jamais en sortir ne sert à rien. Ne plus vouloir faire rentrer personne après un échec c’est une grosse erreur. Non, tu as besoin d’ouvrir cette porte, de pardonner la personne qui te blesse et de passer à autre chose. Sinon, la rancœur va t’isoler et tu te retrouveras bien vite très seule. Les relations peuvent apporter beaucoup de bonheur dans nos vies, à condition de bien savoir les manier !

Tu dois poser tes frontières et ces frontières doivent comporter des portes. Des portes que tu peux ouvrir pour laisser entrer le bon mais également pour faire sortir le mauvais. Des portes qui laisseront entrer les bonnes personnes dans ta vie et faire déguerpir les autres.

Se connaître pour le faire

Si tu ne te connais pas et ne connais pas tes limites cela va poser problème. La connaissance de soi est un atout primordial pour une confiance en soi développée et donc pour dire « non ». Comment on apprend à se connaître ? En sachant ce qu’on veut ou ne veut pas, ce qui nous fait plaisirs ou non ! On s’aide aussi de nos échecs et de nos réussites pour mieux discerner. Avec ça tu peux déjà parvenir à trouver des pistes pour mieux te connaître. Utilise-les !

Oser pour notre bonheur

Ose dire « non » ! C’est une des choses qui te rendra libre. Ose poser tes limites, et ce, pour ton propre bonheur. La prochaine fois que tu n’es pas d’accord avec ce qu’on te fait, dis-le ! La prochaine fois que tu ne peux pas faire une chose parce que cela dépasse tes émotions dis-le aussi ! Utilise ta force et tes mots pour ton bien-être personnel, les personnes qui t’aiment vraiment comprendront.

Sans oublier bien-sûr, de le dire avec amour, bienveillance et respectueusement. Il serait dommage à ton tour de briser les frontières de l’autre, même si lui l’a fait. La plupart du temps, ces personnes là le font par habitude parce que nous n’avons jamais rien dit. D’autres le feront de manière inconsciente parce qu’elles ne connaissent que ça. Et pour celles qui le font de manière volontaire, elles n’auront finalement que le juste retour des choses. Un adieu ! La vengeance ne te permettra pas d’avancer alors que le sentiment d’avoir fait les choses correctement lui, le fera. Ton bonheur te rendra justice. Fais alors attention à ne pas confondre vengeance et justice.

L’auto discipline pour y parvenir

Se connaître et oser ne suffit pas ! Celui ou celle qui veut une vie abondante doit apprendre comment s’auto-discipliner. Il faut se tenir à ses choix, se tenir à son « non ». Le but de chacun doit être sa capacité à le faire et à se contrôler. Contrôler nos émotions par exemple, pour ne pas laisser de nouveau à l’autre son droit de dire et de faire sur notre vie. Pour ne pas laisser le « non » partir à la poubelle. Se tenir à son choix pour avoir plus de crédibilité.

Dire « non » et l’assumer pleinement te permet d’avancer et il n’entraînera pas de frustrations. Avec ce « non »,  peu importe ce que l’autre fait, tu parviens à garder ton self-control. C’est en arriver au point où personne ne pourra t’enlever ta paix, te contrarier ou voler ta joie. Cela demande du temps certes, une discipline de tes émotions et une discipline de tes pensées. Mais c’est ce qui te protégera !

Tu dois vraiment apprendre à mettre ces barrières, pour être heureuse. En tant que coach je ne peux que te prier de le faire, pour que tu puisses trouver ton équilibre de vie parfaite ! Alors, prête à dire « non » ?

Besoin d’aide ?

Tu as besoin de mieux te connaître ? Tu veux apprendre à poser les limites de ta vie ? Tu souhaites réussir à t’auto discipliner ? En coaching je t’aide à le faire, à mener une vie plus stable, plus harmonieuse et plus belle. Je mets mes ressources en œuvre et j’active les tiennes pour que tu puisses apprendre à te connaitre pour mieux aimer qui tu es. Prend rendez-vous !

Contact moi ici : elodiekaioun.developpement@gmail.com


Avec beaucoup d’amour et de bienveillance.

Élodie ♥

coquelicot 1-2019