La fierté ce poison qui nous empêche d’admettre nos erreurs

Lors d’une journée totalement banale, j’ai expérimenté la joie d’aller jusqu’au bout d’une idée par fierté et d’en payer les conséquences. Dans cet article je te raconte la morale que j’ai trouvé à mon histoire mais aussi les répercutions d’un esprit trop fier. Peu importe qui nous sommes cela ne nous empêche pas de nous tromper. Nous sommes tous humains.

La petite histoire… 

J’ai adopté un jeune Malinois début janvier, depuis je multiplie mes promenades pour le stimuler et lui faire découvrir le monde. Jusque là rien d’important. Mais lors d’une récente promenade je me suis montrée trop insouciante par fierté ! 

Je cherchais un petit coin sympa et j’ai découvert autour de la maison quelques balades sur des collines. Arrivée en  bas, j’ai commencé mon chemin sur le joli sentier qui menait jusqu’en haut. Ce jour là je souhaitais faire vite car on m’attendait à la maison. Quelques mètres après avoir débuté ma marche, l’idée d’aller directement au sommet sans passer par le sentier m’est montée à l’esprit.

Je me suis alors dit : « Tiens je vais couper directement tout droit ». Ce que je me suis empressée de faire. Je sens au fond de moi cette petite voix : « Ce n’est pas une bonne idée ». Mais il était déjà trop tard, ma détermination avait prit le dessus.

Parfois nous souhaitons aller plus vite et nous fonçons tête baissée par détermination. En agissant ainsi nous ne prenons malheureusement pas le temps d’examiner correctement la situation, d’anticiper certains problèmes ou d’établir un bon plan d’attaque. Les chemins les plus longs ne sont pas les plus barbants, au contraire, ils nous apprennent beaucoup sur notre identité. Réfléchir nous permet d’établir une bonne stratégie d’attaque pour gravir au mieux le sommet de notre vie.

Poursuivant mon idée, je regarde par où couper pour aller directement vers le sommet. Je crois à ce moment voir un tout petit chemin de « montagne » un peu plus pentu mais bon on parle d’une colline, pas d’un glacier. Je prends le chiot et nous grimpons. Cest fou ce qu’on peut croire apercevoir lorsqu’on est persuadé d’une idée. Pour vous dire, rapidement je me suis rendue compte que non ce n’était absolument pas un chemin.

Il faut se méfier de ce que l’on croit voir ou comprendre, souvent nous souhaitons tellement une chose, qu’elle apparaît comme par magie. Notre esprit voit des choses qui nous arrangent mais elles sont pas vraiment là, c’est là en fait notre détermination qui prend vie. Non pas la réalité. Faisons bien attention à vérifier plusieurs fois si ce n’est pas notre détermination qui nous joue des tours.

À ce moment là, trop bornée pour comprendre, je continue d’avancer encore et encore. J’entends de nouveau cette petite voix : « Renonce, fais demi-tour ». Je choisis malgré   tout d’avancer et de ne pas renoncer. Attends Élodie, tu es coach tu encourages les femmes à ne pas renoncer, mais toi tu le ferais ?

De quoi s’agissait-t il en fait ? fierté ? Folie ? Fausse foi ? Quoi qu’il en soit go go go, j’ai poursuivi mon chemin. Rapidement j’ai compris que ce n’était pas du tout une bonne idée. Oups, ça fait mal d’avouer qu’on s’est trompé. J’arrive sur un point de non-retour, entourée par des buissons remplis de ronces, jusqu’à la poitrine. Merde.

Même si j’appelais mon Thomas, comment lui expliquer où j’étais ? (J’avoue qu’il était surtout dur de lui dire « Eh je suis perdue dans la pampa et les ronces avec le chien est-ce que tu peux venir me chercher je t’envoie ma position ? ») 

Le chiot toujours là évidemment, avec sa confiance aveugle en moi. Je le porte dans mes bras, impossible pour lui non plus de continuer à avancer. Pauvre bébé. Donc 15 kg 5 dans les bras, et j’enjambe comme je peux frottant mes jambes, mes bras, mes cheveux aux ronces. Adrénaline à fond, perdue dans ma connerie et sur cette colline, je ne sens même plus les ronces se piquer contre ma peau. Je commence quand même à prier… Oui pardon je me suis trompée mais s’il te plait j’ai besoin d’arriver au bout. 

Je suis restée environ une heure dans cette situation en avançant encore et encore… Quand j’ai commencé à vraiment être épuisée et à d’espérer j’aperçois le chemin principal du début. Alléluia

En arrivant sur ce chemin j’ai soufflé. (Juste après m’être étalée avec le chiot d’épuisement dans les ronces). Je me suis aperçue que j’avais perdu des choses en chemin… Génial ! Je m’assoies 5 minutes et reprends le chemin du retour. En descendant j’ai fait le lien entre ma petite expérience et la vie de tous les jours…

Ne pas renoncer par fierté entraîne certaines conséquences…

Lorsque nous persistons à aller dans la mauvaise direction par fierté, nous souffrons forcément. Sur ce chemin c’est des ronces, mais dans la vie dans tous les jours ce ne sont pas des cicatrices sur notre peau que nous laissons, mais bien sur notre coeur. Plus difficiles à cicatriser et souvent plus profondes.

Nous perdons des choses en chemin. Ici une gourde, un jouet pour chien mais dans la réalité, nous perdons plus : des amitiés, une relation spéciale, de l’argent une opportunité ou un travail par exemple. 

Nous entraînons des personnes avec nous. Des personnes ayant parfois une confiance aveugle en nous. Dans cette situation c’est le chiot, il m’a suivi sans peurs car il m’a donné sa confiance, dans d’autres circonstances cela peut-être un partenaire de travail, de vie, une amie… Méfions-nous de prendre les bonnes précautions afin de ne pas emporter avec nous des personnes qui pourraient en pâtir. 

Nous portons un fardeau supplémentaire. L’inquiétude… Cette émotion est difficile à ignorer. Les soucis font surface et s’accumulent pour ne jamais laisser notre esprit en paix.

Nous laissons une porte ouverte à la culpabilité Le fait de mettre en route la machine, d’engager des dispositions, des personnes pour au final se rendre compte compte d’une chose : qu’on s’est trompé. Tout cela fait naître un sentiment de culpabilité. Ce sentiment ronge, il n’est pas bon dans une recette spéciale réussite. 

La morale de cette histoire…

En allant plus vite que la musique dans la vie de tous les jours nous pouvons réellement nous auto-piéger. La détermination nous pousse à foncer mais un coeur plus vulnérable permet de mieux appréhender certains choix. C’est ça aussi être lucide.

Si tu es sur une mauvaise route, dans un moment de ta vie où les décisions prises ne sont assurément pas les bonnes sache-le : Il n’est jamais trop tard pour renoncer ! Ce n’est pas un échec, non loin de là.  C’est une prise de conscience qui t’évitera certaines peines. Une preuve de maturité.

Renoncer ce n’est pas abandonner, ni être lâche. Admettre une erreur ne l’est pas non plus. La chose la plus sûre aujourd’hui c’est que l’orgueil, la fierté entraînera notre perte. Faire preuve d’humilité en acceptant de s’être trompé, ça c’est une gloire. Peu importe où tu te trouves sur ton chemin, même si c’est une petite erreur, n’attends plus pour faire demi-tour, avant d’atterrir dans les ronces.

Si tu es dans cette situation n’aie pas peur de chercher de l’aide. Nous n’avons pas été créées pour nous critiquer mais pour nous soutenir et nous entraider. Les relations peuvent nous permettre de prendre la hauteur. 

Si tu as vécu cela dans ta vie ne laisse plus ta culpabilité prendre le dessus. Qui est l’homme ou la femme qui ne s’est jamais trompé(e) ? Nous sommes tous humains, l’important c’est d’apprendre de nos erreurs.


Découvre le coaching. Rendez-vous de 15 minutes offert pour discuter de ta demande. Plus d’informations ici : Coaching.

Avec amour,
Elodie Kaioun

cropped-photo-pro-e1534865565570 

Un commentaire sur “La fierté ce poison qui nous empêche d’admettre nos erreurs

  1. Bonjour ma chère ELODIE
    La vie se vit d’essais et d’erreurs; toute relation n’est pas destinée à fonctionner, parfois elle est seulement destinée à t’apprendre quelque chose, en sachant que malheureusement ton experience ne sert qu’a toi même, et a éclairer ton passé !
    BERNARD GABRIEL
    ENORME BIZOU

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s